Toutes les femmes sont des aliens

Si vous trainez souvent dans les librairies (comme moi), ce titre un peu provocateur ne vous aura pas échappé. On s’attend à trouver un pamphlet féministe, et à la place on découvre une quatrième de couverture plutôt ambitieuse qui nous promet de belles révélations sur fond de blockbusters :

Si je n’avais pas vu la saga des Alien, Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock, deux dessins animés de Walt Disney, Bambi et Le Livre de la jungle, je n’aurais sans doute pas éprouvé aussi intensément peur, amour et désir. Les années passant, rien n’a réussi à me faire oublier les scènes les plus traumatiques de ces films. À force de me les repasser en boucle, j’y découvre tant de choses renversantes sur la maternité, l’identité sexuelle, le rôle des blondes et la domestication que j’ai le sentiment de me connaître plus intimement et de comprendre un peu mieux le monde. Et si le cinéma servait surtout à attiser et magnifier nos folies ?

Toutes les femmes sont des aliens d’Olivia Rosenthal est en fait un recueil de trois textes portant sur trois ensemble de films cultes : la tétralogie Alien, Les Oiseaux de Hitchcock et les deux Disney Bambi et le Livre de la Jungle.

Les premières pages sont pratiquement un choc physique. Le style est vif, essoufflé et essoufflant. Il ne doit pas y avoir plus de trois ou quatre points dans les dix premières pages. Sur un ton halluciné, Olivia Rosenthal se lance dans un monologue habité pour nous raconter sa vision d’Alien. Du rôle de l’héroïne qui évolue au long des quatre épisodes, femme, soldat, mère, survivante.

Rosenthal parle comme une amie un peu volubile qui essaierait de résumer autour d’un verre, en très peu de temps, toute l’intrigue des quatre films Alien. Mais le récit déborde comme du lait sur une casserole, se répand sur l’histoire de Rosenthal elle-même. A mesure que le temps passe (le premier film sort en 1979, le quatrième en 97), Olivia Rosenthal vieillit et chaque visionnage lui dit quelque chose d’elle-même par résonance. Ce qui est du coup l’occasion d’explorer le rôle – symbolique-  de Sigourney Weaver, l’actrice qui incarne l’héroïne d’Alien: Ellen Ripley.

Dans Les oiseaux reviennent Rosenthal conduit toute une réflexion qui ne manque pas d’humour sur l’habitude, le plaisir de la répétition et des rituels que nous mettons en place tout au long de notre vie.

Car le plaisir exige la répétition et qui dit répétition dit victoire sur le temps. Les films que l’on voir à différents âges de la vie compriment ou dilatent la chronologie, s’en emparent, en défont l’enchaînement, le déroulé, on est pendant, avant et après, adulte et enfant, tous les états qu’on a traversés en regardant les mêmes images qu’à neuf ans, quinze ans ou vingt ans sortent du néant et s’agrippent à telle couleur, telle réplique, telle posture, tel acteur, un film est un immense lieu de mémoire.

Mais mon texte préféré c’est celui sur les dessins animés de Bambi et du Livre de la Jungle, peut-être parce que je les ai tant regardés étant petite. Et c’est vrai qu’Olivia, elle pose de bonnes questions. Par exemple, pourquoi faut-il que Mowgli parte rejoindre les hommes à la fin du film alors qu’il a été élevé par des loups, une panthère et un ours – et que par ailleurs il ne veut pas aller avec les hommes, ces êtres stupides qui abiment la foret et tuent les animaux ? Pourquoi, surtout, rendre la petite fille qui chantonne au bord du ruisseau responsable de ce revirement soudain ? (un regard aguicheur et toutes les belles paroles sur la simplicité d’une vie heureuse sont oubliées).

Cet essai est un vrai ovni littéraire. C’est pratiquement du théâtre (d’ailleurs chaque texte a fait l’objet d’adaptations par une troupe) : on sent l’auteur s’agiter, se récrier, d’interroger à voix haute. Le ton est prenant, la réflexion un peu folle, débridée. C’est frais, ça change et ça fait du bien. Je conseille entre deux romans !

 

Le café : Wild and the Moon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s