Dire fuck aux régimes avec humour et style

Chloé, l’auteur, a la vingtaine, elle est ravissante, et en passe de devenir une actrice reconnue. Entre son copain et son travail, c’est une femme tout à fait normale. Tellement normale qu’elle ne s’aime pas vraiment.

Parce qu’entre nous, elle ne sera vraiment parfaite que quand elle aura perdu quelques kilos, non ? Pas grand chose, juste ces quelques centimètres (de tour de taille) qui la séparent du bonheur. Qu’elle atteindra en même temps que ce poids idéal qui clignote dans ses rêves de minceur.

Cette croisade de la perfection, du corps lisse, ferme, mince et photoshopé, Chloé la mène depuis le début de son adolescence, c’est à dire depuis qu’elle a conscience d’être femme. Elle vit dans un état de tension permanent : à chaque plaisir qu’elle vole à la vie répondent des représailles qui la maintiennent à un poids illusoire. Chloé passe sa vie sur le fil du rasoir et tout ce qui peut l’aider à sécuriser une silhouette de mannequin y passe : depuis 10 ans elle a testé tous les régimes en vogue. Jusqu’à ce jour où elle décide qu’elle est fatiguée. D’être mécontente d’elle-même, de maigrir puis de regrossir, invariablement.

Usée par des années de contrôle, à se réfréner pour ne pas dévorer tout ce qui lui fait envie et lui passe sous la main, elle décide de tout arrêter. Et prend 15 kilos en trois mois. Son corps se remplit, grossit, se vallonne et sa peau craque sous l’effet de la bombe que Chloé vient de lâcher. Après des années de frustration elle solde leur compte aux régimes et décide de s’en foutre. Le peut-elle vraiment ? Est-ce si simple ?

Pendant longtemps gagner ne serait-ce qu’un kilo déclenchait automatiquement la mise en place d’une cellule d’urgence psychologique à mon nom, et justifiait une semaine d’arrêt maladie, pendant laquelle je méditais assidûment à cette ineptie de la langue française, qui, alors même que je courais à ma perte, osait apparenter la prise de poids à une victoire. Gagner du poids ?! Et pourquoi pas la mort en cadeau ?

Fuck les régimes ! c’est la chronique géniale de cette décision. Sous forme de chapitres courts, Chloé ravit par son style brillant et un sens de la formule qui pétille. Ces quelque deux cent pages font la place à toutes les émotions : désespoir, doute, tristesse mais aussi joie et sérénité, parfois. Ce qui pourrait n’être qu’une fable sur la femme contemporaine, est la vraie histoire de l’auteur. Un cheminement raconté à la première personne, habité d’une sincérité touchante. Difficile de ne pas s’identifier à son histoire, qui de près ou de loin est celle de toutes les femmes qui un jour ont pris quelques kilos pas passés inaperçus, ou qui se sont trouvées harcelées d’injonctions à la minceur dès le retour du printemps. En gros, l’histoire des femmes ordinaires qu’on bombarde d’ordres contradictoires :

Il faut être unique mais entrer dans une case toute faite. Entrer dans une case, mais être originale. Etre originale mais pas marginale. Soigner son apparence, sans être objet sexuel. Séduire les hommes en restant discrète. Ne pas castrer, ne pas se soumettre. Ne pas être salope, mais faire l’amour comme dans du porno. […] Etre maquillée mais pas tarte. Soft mais sophistiquée. Naturelle mais sexy.

C’est le caractère authentique de ce récit qui en fait un livre drôle et déculpabilisant, loin de ces guides qui prétendent aider à perdre du poids et oublient de parler d’estime de soi, de bonheur, d’équilibre intérieur. Après cette lecture dévorée en une soirée, j’ai eu envie de dire MERCI à Chloé Hollings. Parce qu’à travers son récit c’est une personne authentiquement belle qui rayonne (indépendamment de ce que sa balance affiche) et qu’avec ses mots elle aide les femmes plus que n’importe quel théorie féministe.

Un moment d’autodérision et de lâcher prise dont on a bien besoin à l’approche du printemps et des traditionnels « perdez 3 kilos en 2 jours » et « la plus belle pour la plage » des magazines.

 

Que lisez-vous pour vous détendre ? Vous sentir mieux ?

 

Le café : Crazy Mango

Publicités

2 réflexions au sujet de « Dire fuck aux régimes avec humour et style »

    1. C’est gentil 🙂 Le livre est d’autant plus crédible que le parcours de Chloé Hollings est quand même jalonné de beaucoup de souffrance dûe à sa prise de poids. Ce n’est pas une énième version de la fille toute mince qui reste mince en mangeant ce qu’elle veut.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s