La vie sexuelle d'un islamiste à Paris / Marouane

 

Mohamed, 40 ans, banquier, pieux musulman et expert en religion, a pris une décision aussi secrète qu’irrévocable : déménager de Saint-Ouen où il vit toujours avec sa mère pour Saint-Germain-des-Prés et en finir avec l’abstinence sous toutes ses formes…

Mettant en pratique mes propres conseils, je suis allée flâner à la bibliothèque et en suit revenue avec ce titre un peu provocateur. Tellement provocateur, d’ailleurs que j’ai fait ce que j’ai pu pour ne pas trop l’exhiber dans les rames bondées du métro parisien, le matin. Vu le contexte on comprend que le titre saute aux yeux. Pourtant ce roman date de 2007, époque à laquelle, apparemment, les choses n’allaient pas si bien que ça déjà.

Mohamed, notre personnage principal, n’accorde la bonne place qu’il s’est frayé dans la société qu’à ses cheveux défrisés et crèmes blanchissantes qui lui donnent, croit-il, l’apparence d’un blanc; mystification parachevée par le nom qu’il s’est choisi : Basile Tocquart. A quarante ans passés notre héros n’a jamais quitté un cocon familial qui n’a plus grand chose de confortable pour le financier sorti d’HEC que sa mère voudrait bien marier (avec une fille du bled). Englué dans une éducation traditionnelle pétrie de religiosité, Mohamed a perdu la foi et ne sait plus comment donner le change. Pourtant un jour il se décide et loue, à l’insu de tous, un appartement rive gauche, dans le quartier Ô combien décadent de Saint Germain.

Commence alors sa vie secrète de séducteur, ou en tout cas, ce qu’il imagine être une vie de débauche faite de plaisirs suaves, de vierges pas farouches et de conquêtes sans fin. Car malgré toutes ses sorties, Mohamed ne parvient pas à conclure. Multipliant des rencontres lunaires avec des femmes qui ont toutes une bonne raison de ne pas vouloir de lui, il s’enfonce dans une spirale infernale.

Le ton, un peu halluciné parfois, se fait tour à tour grivois, mielleux ou cassant car Mohamed, alias Basile, entretient dans sa tête un monologue attisé par plus de quarante ans d’abstinence sexuelle. Monologue qui frôle parfois la paranoïa dans un délire assez comique qui tourne quand même parfois à l’usant (toujours cette peur de voir son identité de maghrébin démasquée). On retrouve également en filigrane la figure de Leïla Marouane sous les traits de Loubna Minbar, une écrivaine que Mohamed croit voir partout, dont les livres lui parviennent sans qu’il les cherche. Peu à peu son univers rétrécit jusqu’à n’être plus peuplé de figures hostiles, cauchemardesques. La vérité lui échappe et les lecteur sombre avec lui.

Qu’est-ce qu’un écrivain […] sinon une concierge qui se nourrit de la vie des autres ?

Un tantinet improbable, La vie sexuelle d’un islamiste à Paris est à lire comme un conte sur la quête de soi, le retour sur le patrimoine familial reçu en héritage et les rêves que l’on croit chasser. La dimension métalittéraire, à l’état embryonnaire, aurait pu avoir plus de portée si elle ne s’était pas limitée à des notes de bas de page ajoutée par un certain Mohamed qui est en fait le personnage lui-même.

Autre bémol, le titre, trompeusement tapageur. Y a-t-il eu glissement dans le sens d »islamiste » récemment ? En tout cas le personnage principal n’est pas un kamikaze qui fomente un attentat contre Paris. Ce choix de l’éditeur me semble extrêmement douteux et trompe sur le contenu du récit.

Je sors, au final, de cette lecture avec la sensation de pas avoir su apprécier toutes les dimensions d’un roman déconcertant, qui ne se laisse pas appréhender lors d’une simple lecture linéaire.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « La vie sexuelle d'un islamiste à Paris / Marouane »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s