Du bon cinéma aux US ? Burnt, la belle surprise

burnt

 

Comme vous l’avez peut-être deviné je vis aux Etats-Unis depuis quelques mois, pour quelques semaines encore. Je suis dans un petit bled universitaire et autant dire qu’il n’y a pas grand chose à faire aux alentours. Ma carte UGC illimitée dort tranquillement dans mon portefeuille et j’essaie de ne même plus regarder la programmation française au risque de souffrir du FOMO (Fear Of Missing Out).

Quand j’ai découvert qu’il y avait cette petite salle de cinéma à quarante-cinq minutes à pied de chez moi j’ai été partagée entre joie et consternation. Parce que je ne sais pas vous mais moi en général je n’aime pas les films américains. La plupart du temps il s’agit de productions monumentales avec un scénario au mieux archi-prévisible et au pire affligeant. Les personnages sont souvent au-delà même de la caricature, dans des situations moins vraisemblables les unes que les autres. Et surtout, surtout, je déteste les happy ending mielleux et autres héros qui finissent par sauver le monde tout en emballant une superbe nana au passage.

Cela étant dit, je dois avouer que j’ai été très agréablement surprise par Burnt, qui pourtant n’a pas fait grand bruit au moment de sa sortie. Bradley Cooper y incarne un jeune chef, talentueux mais excessif, qui orchestre son retour aux fourneaux après quelques années à essayer de se faire oublier dans le but de décrocher le Saint-Graal : l’étoile Michelin.

Voici donc ce que Burnt n’est pas, pour notre plus grand plaisir :

Une comédie romantique niaise déguisée sous une intrigue qui parle de casseroles. Parce que oui, souvent on nous fait croire à une intrigue et on en profite pour nous servir une petite sous-histoire romantique vite pliée. Tu voulais voir un chef en cuisine ? On t’offre en prime la conquête de la serveuse ! NON !

Un film de super-héros qui sauvent le monde et n’ont que 13 minutes pour le faire. Ce qu’Adam Jones veut c’est obtenir ses étoiles au guide Michelin et s’il faut pour cela se comporter avec violence et arrogance ça n’est pas grave. On ne peut pas dire qu’il soit un modèle d’altruisme et en même temps le personnage n’est pas non plus le anti-héros caricatural que l’on retrouve souvent dans les comédies américaines (le type un peu relou, un peu raté, qui se balade en pyjama et a un ourson libidineux pour meilleur ami). Bref, Adam est un homme normal, avec des lubies, ses défauts, son talent et ses casseroles personnelles.

Un film ethnocentrique. La plupart de l’action se passa à Londres et les répliques en français fusent dans la version originale. Que ce soit pour l’accent improbable de Cooper qui essaie un français décontracté et fluide ou que ce soit pour Omar Sy que j’ai découvert avec plaisir à l’affiche, on ne peut pas dire que Burnt soit un autre de ces films où les Etats-Unis = le centre du monde.

Un film prévisible. Difficile de savoir à quoi s’attendre en premier lui et plus difficile encore de savoir comment il se terminera. Décidément voilà un film radicalement différent de ce à quoi les super-productions nous ont habitués. Car on ne se leurre pas, si les héros et personnages vivement mille aventures improbables dans les films américains, la plupart du temps on sait à peu près qu’à la dernière minute tout finit bien.

En bref Burnt est un film sans prétention (on est d’accord, il ne s’agit pas du film de l’année) qui m’a fait un bien fou. Peut-être qu’en plus de m’avoir fait passer un agréable moment il m’a même ouvert les yeux sur le fait que j’ai beaucoup de préjugés sur le cinéma américain. Je n’ai pas perdu mon temps, donc !

Et vous, vous êtes-vous surpris à faire de belles découvertes au-delà de vos préjugés récemment ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s