A series of unfortunate events / Snicket

a serie of unfortunate events

Violette, Claus et Prunille âgés respectivement de 14, 12 et 1 ans deviennent des orphelins dotés d’une belle fortune le jour où leurs parents meurent dans l’incendie de la maison familiale. Placés de foyer en foyer par M.Poe, un banquier souffreteux, les orphelins Baudelaire vont de mal en pis, poursuivis par le machiavélique comte Olaf qui en veut à leur fortune.

Lorsque j’ai entendu parler pour la première fois de cette série de livres, j’avais 14 ans et la première chose que je me suis dite, grâce de l’adolescence aidant, est « ça a l’air nul. Et pourquoi est-ce que ces orphelins s’appellent comme le poète ? ». Quelques semaines plus tard je harcelais ma copine de me passer les tomes plus rapidement. De fait, des tomes la collection en contient 13 et les derniers n’étaient pas encore sortis à l’époque.

Jamais relus au cours de la décennie vient de s’écouler (ni vu ni connu), ces livres me laissent un souvenir heureux qui me tenaillait alors qu’aucune nouveauté n’aurait su satisfaire mon envie de replonger dans des délices passées.

En août j’ai trouvé trace de ces merveilles en version originale (dans une superbe édition) à la médiathèque Maria Rilke du cinqième arrondissement parisien et me suis aussitôt plongée dans leur lecture. Voilà pourquoi je vous partage leur titre anglais.

De tome en tome on suit les placements désastreux des orphelins dans de nouvelles « familles » d’adoption qui se révèlent toutes pires les unes que les autres. Pour dramatiques qu’elles soient les péripéties des orphelins sont si absurdes qu’elles en deviennent drôles. La série fait preuve d’un bel humour grinçant qui n’est pas sans rappeler le sens de l’humour britannique et a au moins la fraicheur de proposer autre chose à ses lecteurs.

Il est bon de rappeler que ces livres s’adressent à des enfants / adolescents. A cet égard la démarche de l’auteur est particulièrement didactique et ingénieuse. Que ce soit dans la version française ou dans la version anglaise le vocabulaire employé est précis, parfois incongru voire idiomatique mais fait souvent l’objet d’une explication dans le contexte qui permet toujours d’en comprendre le sens. Si vous vous lancez dans la version française vous aurez beaucoup de « …ce qui signifie ici… » ou de « …ce qui voulait dire quelque chose comme.. ». La démarche peut sembler un peu lourde car très didactique mais c’est en fait un schéma qui sous-tend toute la narration et s’y fond très bien. Dans la version anglaise c’est carrément un délice : j’y ai appris une tonne d’expressions idiomatiques dans

Cette pédagogie participe plus généralement du ton espiègle du narrateur qui s’inclut lui-même dans son récit et se dépeint comme un personnage à part entière lancé sur les traces des lieux fréquentés par les Baudelaire. Ce que j’ai appris plus tard c’est que Lemony Snicket n’est en fait pas une personne réelle. L’écrivain derrière les livres s’appelle Daniel Handler et n’apparait nulle part. A la place il y a ce jeu de miroirs et de méta-littérature qui est très ludique et floute les limites entre l’écrivain et les univers qu’il crée. L’écrivain devient un artiste maudit qui n’est maintenu en vie que par sa quête de vérité (ici ce qui est arrivé aux Baudelaire).

Découvrir que Lemony Snicket n’existe pas nécessite plus ou moins se rendre sur la page Wikipédia consacrée aux livres et mettre alors à jour l’immense mine de références culturelles que recèlent les livres. Du nom des personnages aux clins d’oeil à la littérature déguisés un peu partout, la série possède tout une dimension invisible à l’oeil nu qui la rend d’autant plus incontournable, même quand on n’est plus un enfant !

Bref, que vous soyez jeune ou moins jeune, en quête de culture, de perfectionnement en anglais ou juste de bon temps, les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire sont une option à envisager sérieusement !

Aimez-vous relire les romans que vous avez adoré dans votre jeunesse ? Lesquels sont incontournables pour vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s