Her / Spike Jonze

Her

 

Dans un futur proche mais plutôt incertain vit Theodore, anti-héros esseulé un peu mélancolique. Les journées se répètent, semblables, entre son travail de rédacteur de lettres pour les autres, et son chez-lui, vaste loft épuré et design. Le monde entre les deux semble se réduire à quelques panneaux colorés et des espaces publics d’une propreté qui donne envie de vivre dans le futur.

Depuis que sa femme, avec laquelle il a grandi, est partie, Theodore est devenu le témoin de la vie des autres et traverse sa propre existence en attendant autre chose. Il n’est pas déprimé ni suicidaire, il a juste probablement l’impression que plus rien ne pourra lui arriver. Et il ressasse les belles images de bonheur qui défilent sur la toile de sa mémoire.

Le progrès technologique fait alors son entrée en scène dans ce film que certains disent de science-fiction. Theodore acquiert un programme informatique, un OS (pour operating system) qui une fois installé prend la voix suave d’une Scarlett Johansson au sommet de son art. Le programme, hautement perfectionné et évolutif s’emballe et nait alors une relation hors norme entre lui et « her ».

D’abord parce qu’elle confronte une solitude humaine à un programme informatique. Ensuite parce que rapidement ce programme assimile les expériences et sentiments humains pour se muer en Samantha, la femme idéale que Theodore ne peut ni enlacer, ni voir.

Si le film était moins bien réalisé je pense qu’il aurait été légitime de ressentir un malaise profond devant tout ce qu’il y a de malsain à se dire en couple avec un programme informatique. Et pourtant, le film réussit à nous ramener à notre propre expérience de l’amour. L’impatience de retrouver l’amoureux, les petits messages, les escapades, les fous rires…Toutes ces émotions fortes que le film réussit à évoquer avec pour seul acteur Joaquin Phoenix. Un tour de force en somme.

Et puis il ne faut pas croire que le film est aseptisé comme on peut l’écrire certains journalistes (ici l’article du Figaro, en accès limité). De vrais éclats de rires fusent de temps à autres dans la salle, j’en suis la première surprise. C’est une véritable tragi-comédie qui se joue dans le cadre futuriste d’un avenir pas si lointain probablement.

Le pari d’imaginer le futur est d’ailleurs osé : essayer d’imaginer à quoi pourront ressembler les téléphones, les ordinateurs et la mode vestimentaire de demain nécessite certainement un bon brainstorming par lequel tous les films ne passent surement pas ! On note d’ailleurs avec un humour que la mode de demain porte quelques traces du hipster d’aujourd’hui (moustache et chemise boutonnée bien haut sil vous plait).

C’est un film complexe, mouvant et émouvant que propose ici Spike Jonze et moi ça me plait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s