En finir avec Eddy Bellegueule / Louis

louis

 

Sur la couverture cerclée de rouge s’étalent les grandes lettres noires, et ma première réaction est de regarder ces deux noms qui se font face et semblent se répondre l’un l’autre : Eddy Bellegueule versus Edouard Louis. Le combat d’une seule et même personne contre elle-même. Deux occurrences du même individu, à deux moments de sa vie, se jaugeant et se toisant au dessus du fossé qui les sépare maintenant l’un de l’autre.

« Pour la première fois mon nom prononcé ne nomme pas. » (Marguerite Duras) Voila l’épigraphe du roman.

Ce n’est que parce que je sais qu’Eddy Bellegueule est Edouard Louis que j’ai commencé à m’intéresser à ce roman. Parce que la presse n’avait de cesse de revenir sur le succès d’un lire d’abord tiré à un petit nombre d’exemplaires avant de rencontrer le succès qu’on lui connait maintenant. Parce que je me souviens de cet article, avec la famille de l’écrivain, sagement tassée dans le champ de la photographie en son centre, l’air morose.

Je me souviens de ce moment où j’ai réalisé : « Eddy Bellegueule c’était son vrai nom, avant. »

Et je n’ai pu m’empêcher d’être fascinée par ce combat délibéré d’un jeune homme de vingt et un ans contre celui qu’il a été, contre le milieu dont il vient. Un combat pour détruire ce qu’il reste des stigmates de cette éducation dans un village pauvre du nord de la France, en somme.

Ce roman, qui n’a de romanesque semble t-il que le flou que veut bien jeter de temps en temps l’auteur sur la véracité de tout ce qui y est décrit, est une sorte de dépouillement. Comme on enlèverait des vêtements sales pour en enfiler des propres. On y apprend comment, très tôt, le jeune Eddy fait l’apprentissage de sa différence à travers moqueries, humiliations, violences, brimades dans un univers codifié où la virilité d’un homme est ce qui lui assure de se faire respecter. L’on y découvre ses tentatives désespérées pour se conformer aux attentes de son milieu social, en vain.

Ne plus croire à une existence qui ne repose que sur la croyance en cette existence.

Comment expliquer l’engouement pour ce roman ?

La violence de la démarche déjà, probablement. Annoncer dans le titre vouloir clore le dossier de ce qui s’avère avoir été toute sa vie (en termes d’années) demande de la part de l’auteur un sacré courage je trouve.

Quant à oser revenir sur les humiliations les mieux enterrées, les épisodes douteux d’une vie que l’on n’imagine même pas se dérouler à notre époque, dans notre pays, pour apporter tout ça humblement, devant un lecteur anonyme et inconnu, je n’en parle même pas.

Evidemment, l’intérêt médiatique qui a suivi la sortie de ce roman a contribué à lui donner de la visibilité. Sorti en janvier il continue d’être la source de dossiers et autres interviews dans des hebdomadaires qui paraissent actuellement.

La bataille par médias interposés d’Edouard Louis et de sa famille ne fait que souligner ce qu’il y a de plus marquant dans son livre tout en ouvrant des pistes de réflexion intéressantes. Condamnés par ses proches et ses connaissances pour la vision qu’il donne de son village natal (alcoolisme, violences, illettrisme…), voire menacé, accusé de mentir et de déformer les faits, Edouard Louis fait front avec son roman.

Comment, cependant, croire encore qu’il ne s’agit que d’une fiction ? Comment déterminer où sont les limites de sa vérité ? A ceux qui sont le condamnent pour avoir exposé sa propre famille et vendu des secrets honteux d’autres répondent que la forme du roman est précisément faite pour énoncer des vérités sous couvert d’une création dont les limites appartiennent en propre à son auteur.

Pour ma part j’aurais été admirative d’un auteur, si jeune, qui se révèle en étudiant de l’ENS brillant par un roman qui connait un succès fulgurant, forcément. Je le suis d’autant plus d’une personne qui y est parvenue par la seule force de sa volonté et de son ambition, notions qu’il a du inventer de toutes pièces dans un univers qui ne les lui a pas apportées sur un plateau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s