The feminine mystique / Friedan

feminine mystique

The feminine mystique est un essai rédigé dans les années 60 par Betty Friedan, une journaliste américaine qui devait par cette oeuvre participer au renouveau du mouvement féministe aux Etats-Unis à partir des années 60.

En tant que journaliste, Friedan mène dès 1957 une enquête auprès d’étudiants diplômés depuis plusieurs années afin de conduire une étude sur leur emploi et leur satisfaction générale.

C’est alors qu’elle met le doigt sur ce qu’elle appellera plus tard « le problème sans nom ». Parmi les nombreuses personnes qu’elle interroge, le cas des femmes attire son attention. Nombre d’entre elles ont suivi des études à l’université mais très peu exercent un métier en rapport avec leurs diplômes. Pire, elles sont nombreuses à ne pas avoir obtenu de diplôme à cause d’un arrêt brutal de leurs études. Ces femmes sont toutes mères au foyer, voilà leur métier, et pourtant il n’existe aucune case sur aucun formulaire pour leur permettre de le revendiquer comme tel. Elles ont abandonné leurs études, n’ont d’ailleurs jamais été encouragées à en faire pour une autre raison que celle de trouver un mari, et n’aspirent qu’à enfanter afin d’incarner ce modèle de femme épanouie, souriante et toujours dévouée à sa famille que l’on voit sur les publicités pour électroménager de l’époque.

Ce que Betty Friedan découvre dépasse le simple cadre de son enquête et le nombre de lettres qu’elle reçoit de femmes vivant la même chose ne fait qu’augmenter alors que la journaliste s’intéresse à ces oubliées pour parler de leur sort dans ses articles.

Elle découvre le mal-être de ces femmes insatisfaites, dépressives, malheureuses, qui en viennent à détester leurs enfants, aigries par des corvées ménagères dont la récurrence inlassablement quotidienne les use nerveusement. Ces femmes n’ont pas de passion, pas de métier, peu d’éducation, elles n’ont que leurs enfants et leurs maris, ceux là mêmes qui mènent leur vie palpitante loin d’elles dans leur école ou à leur travail. Toute la journée ces femmes organisent la construction d’un modèle de femme parfaite, prévenante et aux petits soins pour les siens.

Mais comment ces femmes peuvent-elles désirer cette condition alors que leurs propres mères ont combattu pour les droits des femmes ?

C’est en effet le rêve de toutes les adolescentes de trouver un mari réussissant professionnellement, d’avoir un pavillon à soi, équipé de beaux objets modernes, et de construire une famille qui leur apportera le bonheur et le sentiment d’avoir réussi leur vies en tant que mères.

Les réponses qu’apportent Friedan pour expliquer ce paradoxe s’attachent à décrire le fonctionnement général d’une société qui a établi comme un fait la prééminence de l’homme sur la femme. Cette dernière, réduite à sa destinée biologique de procréatrice n’a pas vocation à réclamer des prérogatives masculines. Le travail, l’argent qu’il permet de gagner, l’extérieur (collègues, occupations, loisirs etc) sont des attributs masculins que la femme est découragée par tous de réclamer pour elle.

Elle veut faire des études ? Très bien, mais elle doit se trouver un mari à l’université.

Elle veut travailler ? Très bien, mais aucun homme ne voudra d’elle. Personne ne voudrait d’une de ces femmes ambitieuses, masculines et rebutantes que l’on dépeint dans les magazines.

Elle veut gagner sa vie ? Mais pourquoi faire alors qu’un homme le ferait mieux qu’elle ? Alors que la seule carrière valable pour une femme est celle de mère ?

C’est au final tout un travail de sape de l’ambition féminine qui s’organise à tous les niveaux de la société : famille, magazines, scientifiques, entreprises. Ces dernières ont en effet tout intérêt à voir les femmes rester à la maison, et elles exploitent d’ailleurs sans vergogne les recoins de la psychologie de la femme au foyer. Un chapitre entier est ainsi consacré à ces marques d’électroménager qui jouent sur l’affect d’une mère en lui montrant comment ses enfants seront plus heureux et son mari plus fier d’elle quand elle fera son pain elle-même et son repassage avec la marque X. Les femmes au foyer n’identifient par la source de leur insatisfaction et leur surconsommation de nouveautés en est l’illustration : elles compensent.

Cet essai réussit formidablement bien à monter ce qu’il y a de sournois et de tragique dans la destinée de ces femmes dont le sentiment de vide ne fait que s’accentuer au fur et à mesure que les journées se répètent, identiques, inlassablement, sans attente ni perspectives d’avenir. Il y a celles qui font des enfants à la chaine pour n’être jamais seules, celles qui maltraitent leurs enfants par vengeance, celles qui se suicident ou s’enfuient…

Chacune est isolée dans son pavillon de banlieue, entourée de gadgets qui ne font qu’allonger le temps qu’elle passe à vouloir tout faire de ses mains, persuadée qu’elle a tout pour être heureuse et ne comprend pas pourquoi elle ne l’est pas.

Cet essai est un monument du mouvement féministe des années 60 aux Etats-Unis pour l’éclairage qu’il apporte sur l’abandon dont les femmes sont victimes de la part de la société. C’est au-delà de ça un témoignage poignant et d’une limpidité incroyable sur toute la construction sociale d’un pays dont nous continuons de vénérer le modèle et les réussites. En oubliant parfois les revers de la médaille.

Publicités

4 réflexions au sujet de « The feminine mystique / Friedan »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s