Le principe de Peter / Peter & Hull

Image

Chaque employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence

Vous soupçonnez vos collègues de toujours sortir un dossier sous le bras pour faire croire qu’ils travaillent et vous avez recours aux services d’un chaman pour éviter de systématiquement tomber sur LA personne incompétente quand vous vous rendez dans une administration ?

Ne cherchez plus, ce livre est fait pour vous !

C’est parti du constat terrifiant qu’on tombe bien plus fréquemment qu’on ne le devrait sur des personnes incompétentes dans leur travail que Laurence J. Peter, enseignant et pédagogue de métier, commence à s’intéresser à l’incompétence, compilant des dizaines et dizaines d’exemples pris dans nombre de secteurs différents.

Le principe que Peter met au point à la suite de ses nombreuses observations est en réalité simple : dès lors qu’il existe une hiérarchie dans une entreprise (ce qui, vous en conviendrez, arrive très rapidement), chaque employé se dirige, promotion après promotion, vers le poste pour lequel il sera incompétent, avant d’y rester bloqué, justement en raison de son incompétence.

Vous êtes monsieur lambda, enseignant et vous sortez de l’université. Vous entrez dans l’école X pour y enseigner. Si vous êtes compétent vous serez probablement promu après quelque temps à un poste supérieur, comme directeur du département de la matière que vous enseignez. Si vous êtes compétent dans cette fonction, vous serez promu CPE etc… Sauf que fatalement, arrivera un moment où les compétences que vous possédez et qui vous permettaient d’exceller dans votre tâche, ne seront plus suffisantes ou plus adaptées pour être compétent dans votre nouvelle fonction.

Vous étiez doué comme enseignant, mais vous vous révélez être très mauvais pour gérer de la paperasse administrative. Vous avez atteint votre niveau d’incompétence, et sauf départ volontaire, vous resterez à ce poste, vos supérieurs ne vous accordant plus d’autres promotions.

Comme vous le constatez, cette théorie d’apparence implacable, est très simple, et sonne terriblement vraie aux oreilles de toute personne ayant déjà travaillé dans une administration.

Si à ce stade de votre lecture, vous vous questionnez sur votre directeur des ressources humaines, en place depuis de nombreuses années au même poste, vous êtes sur la bonne voie).

Le livre en lui-même est donc relativement court (168 pages) et extrêmement pédagogue. Vous y trouverez de nombreux cas pratiques commentés avec humour, moult graphiques d’apparence complexe (mais en réalité simplissimes) et appellations alambiquées qui visent plus à donner une tournure scientifique à cette théorie qu’autre chose. Cette approche reste pourtant fondée sur une approche empirique du monde du travail et exclut ainsi de nombreux cas particuliers dans lesquels elle ne pourrait s’appliquer. Disons qu’elle brosse un portrait grossier du fonctionnement général des hiérarchies professionnelles (mais aussi politiques), domaine que Peter invente lui-même en le nommant hiérarchologie.

Malgré le ton badin employé et l’aspect hautement parodique de cet essai, le principe de Peter n’en demeure pas moins troublant dans sa véracité apparente. D’où la curiosité suscitée, et les nombreux essais, le confirmant ou l’infirmant, parus par la suite.

De mon côté, je recommande cette lecture qui est éclairante sur la position de certaines personnes dans la hiérarchie professionnelle, et qui ne manque pas pour autant de nous questionner nous-mêmes sur notre compétence au travail.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s