Reflets dans un oeil d'homme / Huston

Image

C’est très en retard sur la polémique causée par cet essai que je suis tombée dessus par hasard, totalement inconsciente des débats qu’il avait suscités. Cet essai très personnel de Nancy Huston (elle s’appuie à de nombreuses reprises sur son expérience personnelle de jolie fille) est paru en avril 2012 et a été l’occasion d’un débat renouvelé entre les défenseurs de la théorie du genre -la femme ne s’inscrit dans des comportements jugés féminins que parce qu’elle a été éduquée comme une petite fille et a donc assimilé les codes qui y sont rattachés- et les partisans d’une théorie qui considère l’homme et la femme comme des individus fondamentalement différents entre lesquels ne peut exister d’égalité que celle qui reconnaît les particularités de chaque genre (la femme et l’homme ne pouvant donc pas revendiquer une égale condition).

En réalité il me semble que ce débat est un faux débat puisque ces différences sont évidentes. Nancy Huston axe ainsi son discours sur ces différences, dont le postulat de départ est : l’homme est génétiquement programmé pour « essaimer » et féconder le plus de femelles possible, quand la femme, elle, est biologiquement supposée porter des enfants et donc chercher un partenaire fiable, sur lequel elle puisse compter.

Le livre qui, au départ, a pour but de traiter du regard masculin sur la femme, et de la femme regardée, s’ouvre sur ces mots :

Belle comme une image

Des yeux masculins regardent un corps féminin : immense paradigme de notre espèce. pendant les deux mille millénaires de la vie humaine sur terre, le lien chez les mâles entez regard et désir a été une simple donnée de l’existence. L’homme regarde, la femme est regardée. L’homme appréhende le mystère du monde, la femme est ce mystère. L’homme peint, sculpte et dessine le corps fécond; la femme est ce corps.

Certes, les femmes regardent les hommes aussi et les hommes regardent les hommes et les femmes regardent les femmes…Mais le regard de l’homme sur le corps de la femme a ceci de spécifique qu’il est involontaire, inné, programmé dans le « disque dur » génétique du mâle humain pour favoriser la reproduction de l’espèce, et donc difficilement contrôlable. Ses répercussions sont incalculables, et très largement sous-estimées.

Une fois que l’on est sensibilisé à ce thème on le voit partout, pour la bonne raison qu’il est partout. Il fait l’objet de mille proverbes, expressions, commentaires populaires. « Elle m’a tapé dans l’œil », disent les hommes français; « A l’époque, dit-on plaisamment en anglais, tu n’étais même pas une lueur dans l’œil de ton père ».

Etape 1 : « Mon dieu ce livre est génial ! »

J’ai personnellement trouvé que prendre conscience de ces différences hommes/femmes rendait pas mal de choses compréhensibles dans les relations qu’entretiennent au quotidien les deux sexes. De façon très raccourcie on peut en revenir à la vision manichéenne qui consiste à dire que les hommes ne pensent qu’au sexe quand les femmes ont besoin de sentiments. Même si je conteste cette vision des choses qui rabaisse la femme au rang d’être niais, incapable de chercher du plaisir s’il ne débouche pas sur la procréation, cette vision a au moins le mérite d’expliquer les mécanismes inconscients qui président au choix d’un partenaire sexuel (je pense néanmoins que ces mécanismes ont tout intérêt à être dépassés). Les hommes chercheraient ainsi une femme fertile qui permettra la meilleure expression des gènes de l’homme : les hommes recrutent donc au physique. Les femmes de leur côté chercheraient un homme pour les épauler et subvenir à leur besoin et ceux de leur progéniture : les femmes ont recours à l’affect.

Etape 2 : « J’ai raté un épisode ou bien ? »

Et puis soudain, perplexité. Nancy Huston, que je prenais pour une féministe avec son point de vue original sur la séduction, commence à tenir des propos que je n’arrive pas à rapprocher d’un quelconque discours féministe. Elle aborde pourtant de nombreuses questions intéressantes comme celle de la prostitution entre autres. D’une position très classique condamnant la prostitution, l’auteure glisse doucement sur une pente savonneuse jusqu’à un mépris affiché des prostituées.

Le point d’orgue est atteint lorsque Huston joue la carte de la mauvaise foi jusqu’au bout et va jusqu’à proposer un service civique rendant obligatoire la prostitution pour toutes les jeunes filles atteignant la majorité.

Je refais pour vous le raisonnement fallacieux : « la prostitution existe depuis toujours »-> « la prostitution existera toujours car les hommes auront toujours inscrit dans leur gêne le besoin de féconder un maximum de femmes »-> »il n’y a rien à faire » -> »Et pourquoi ce serait pas vos filles à toi, toi et toi, qui se prostitueraient ? »-> »instaurons la prostitution obligatoire à la place du service militaire pour les filles ! »

Je trouve cette attitude indigne d’une personne intelligente qui prétend mener une vraie réflexion sur les questions de genre et par ailleurs je trouve le sujet un peu éloigné du champ de travail défini dans l’introduction…

Etape 3 : « Finissons-en ! »

Je finis cette lecture totalement agacée. Je la bâcle et je passe à autre chose. Je suis complètement sidérée par les positions plus ou moins assumées que tiens Nancy Huston au bout de quelques chapitres. On passe du constat de la différence fondamentale qui sépare les hommes et les femmes pour en arriver à une apologie de la maternité. Huston prend des partis tout à fait personnels et contestables sur la société actuelle, nous dépeignant l’image d’une femme soumise et contrainte par l’esthétique contemporaine de la femme mince et lisse. La femme qui ne veut plus enfanter a renoncé à sa destinée biologique et est ainsi aliénée, flottant sans but ni raison d’être dans l’existence. Cet éloge de la destinée biologique de la femme m’assassine, tout comme son mépris pour ceux dont les pratiques sexuelles ne visent pas directement la procréation :

Bien plus qu’ils ne se l’imaginent, les libertins et les queers ressemblent aux moines et aux bonnes sœurs : tous ces anti-breeders (opposants de l’engendrement) s’évertuent à contrer la biologie, à faire un pied de nez à la programmation génétique. Pas de problème. Ils peuvent s’amuser comme ils veulent, que ce soit par l’abstinence ou le fist-fucking ; l’espèce s’en moque car ceux qui la narguent disparaissent sans laisser de trace.

Au final je m’avoue déçue par cet essai dont les débuts me promettaient les joies d’une pensée originale, bien documentée, argumentée et menée par une plume efficace sachant faire la part belle aux expériences personnelles. Des expériences personnelles, oui, une pensée originale, non. Juste une diatribe de plus contre tout ce qui s’éloigne de la norme et ne vise pas entretenir un schéma des relation hommes-femmes séculaire.

Pour une critique (bien) plus complète vous pouvez lire ICI l’excellent article de Mona Chollet, elle-même auteure d’un essai : beauté fatale

Publicités

2 réflexions au sujet de « Reflets dans un oeil d'homme / Huston »

  1. Sachant que ce livre a soulevé beaucoup de polémiques et n’ayant jamais lu d’essai, j’hésitais à m' »attaquer » à ce livre. Suite à la lecture de ton commentaire, je crois que je vais emprunter un autre de ses livres car j’ai vraiment aimé Ligne de faille !
    Vendredi soir, j’ai regardé son interview dans Bibliothèque Médicis sur Public Sénat où elle faisait partie des invités. Si tu ne l’as pas vu, il y a une redif mardi à 13 heures.

    J'aime

    1. Merci de l’info ! Ca tombe vraiment bien que tu me parles de ça parce que cet essai m’a rendue curieuse d’en savoir plus au sujet de Huston. Pour être honnête je ne te déconseille pas Reflets dans un oeil d’homme; on peut ne pas être d’accord avec tout mais j’ai la sensation que sur un tel sujet il n’existe pas de demi-mesure. Du coup si la personne t’intéresse je pense que c’est une bonne manière de la découvrir personnellement. A l’inverse je suis curieuse découvrir l’auteur de fiction 🙂 Tu me recommanderais Ligne de faille ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s